Pensez vous qu’Hachem attend quelque chose de moi ?

Pensez vous qu’Hachem attend quelque chose de moi ?

Rédigé le 27/05/2019
Alnilam

Question :

Cher Rav,

J’ai un conseil à vous demander :

  • Ça fait deux fois qu’on essaye de me cambrioler
    • La première fois
      • grosse tentative d'effraction
      • porté abîmée
        • mais Baroukh Hachem ils n’ont pas reçu à entrer donc rien de voler



    • Aujourd’hui seconde fois en 1 mois
      • ils sont entrés
        • mais Baroukh Hachem l’alarme que nous avons installé suite à la première effraction les a fait fuir et rien de voler non plus...
  1. Pensez vous qu’Hachem attend quelque chose de moi ?



  2. Comment interpréter cette épreuve ?

    Y a-t-il quelque chose que je dois faire ?

    • Réparation d’une faute ?
    • Vérification des mezouzot ? Tsedaka ?

J’ignore...mais peut être avez vous un conseil

Merci beaucoup

Réponse :

Bonjour,

  1. Il est clair que lorsque des malheurs tentent de nous atteindre,

    il est toujours bien de faire une introspection personnelle



  2. Concernant les cambriolages :

  • Voici ce qu’il convient de faire à mon humble avis :



    1. Tout d’abord, bien entendu,



      • vérifier la bonne cacherout des mézouzot
        • et s’assurer qu’elles sont correctement placées à tous les endroits où cela est nécessaire.
      • Les Séfaradim, du moins en Israël, les positionnent à la verticale et non pas inclinées.



    2. Ensuite, il est toujours bien de donner à la tsédaka

      car il n’y a rien de plus efficace en matière de protection.



    3. Il est aussi très important d’effectuer ce qu’on appelle un tikoun bayit.



      • Si vous ne l’avez pas encore fait, cela en vaut vraiment la peine ;

        la bonne réalisation de cette pratique a la faculté d’expulser toutes les forces négatives présentes dans un lieu d’habitation.



    4. Enfin, il existe une ségoulaque j’applique personnellement.

      Je sais que le Rav Ben Tsion Aba Chaoul Zatsal, qui était l’un des grands d’Israël de notre génération, l’appliquait également.



      • Cette ségoula consiste à suspendre un loulav au-dessus de la porte d’entrée (à l’intérieur de notre domicile) avec lequel on a accompli la mitsva d’agiter les 4 espèces (loulav, étrog, hadass et arava) durant Souccot.



        • Chaque année à Pessa’h, je change le loulav que j’ai utilisé à Souccot un an et demi plus tôt et je le brûle avec le ‘hamèts, et il reste celui que j’ai placé 6 mois plus tôt au-dessus de la porte d’entrée à l’intérieur de mon appartement.



        • Donc de Souccot à Pessa’h, on a deux loulavim au-dessus de la porte, puis il n’en reste plus qu’un jusqu’à la prochaine fête de Souccot.



          • Ainsi, il y a constamment au-dessus de la porte un loulav ayant été utilisé pour la mitsva d’agiter les 4 espèces pendant Souccot.



      • Cette ségoula est réalisée par les grands d’Israël en guise de protection contre les cambriolages.

Au revoir,

Rav Ron Chaya