Combattre le mal, je peux comprendre, mais est-ce juste de tuer un homme qui transgresse la Chabbat ?

Combattre le mal, je peux comprendre, mais est-ce juste de tuer un homme qui transgresse la Chabbat ?

Rédigé le 24/01/2020
Salomon

Question :

Chalom rav,

Je me pose une question sur ce passage :

  • (32) Alors que les Israélites étaient dans le désert, on surprit un homme qui ramassait du bois le jour du Chabbat.
  • (33) Ceux qui l’avaient surpris à ramasser du bois l’amenèrent à Moïse, à Aaron et à toute la communauté.
  • (34) On le mit sous bonne garde, car le traitement qu’il devait subir n’avait pas encore été fixé.
  • (35 Hachem dit à Moïse :
    • "Cet homme doit être mis à mort.
    • Que toute la communauté le lapide hors du camp."
  • (36) Toute la communauté le fit sortir du camp et le lapida jusqu’à ce que mort s’ensuivît, comme Yahvé l’avait ordonné à Moïse.

Ici Hachem, ordonne la mort par lapidation pour le non respect du Chabbat ...Ce fut son projet ?

Combattre le mal, je peux parfaitement le comprendre, mais est-ce juste dans ce cas ?

Merci

Réponse :

Chalom Salomon,

Nous parlons de la génération qui a vu D.ieu au nom Sinaï ; Il leur ordonne directement de pratiquer le Chabbat, et la transgression du Chabbat fait partie des péchés les plus graves de toute la Torah, beaucoup plus que le meurtre, l'adultère ou la violation de Yom Kippour… Beaucoup beaucoup plus.

La transgression du Chabbat amène beaucoup de malédictions sur les êtres humains.

Pour les gens qui sont complètement conscients de cela (car ils ont vu D.ieu eux-mêmes le leurs dire), la réparation pour leur âme de cette transaction passe par la mort, et c'est le D.ieu Qui aime la vie Qui le dit, car D.ieu sait exactement ce qui est bon pour l'homme, compte tenu qu'après notre vie très courte dans ce monde, nous avons une vie infinie, et pour pouvoir réparer cette tache qu’il a eu dans cette vie finie et accéder à la vie infinie, il est obligé de passer par cette mort.

Il faut aussi prendre en considération que ça fait plus de 2000 ans qu’il n'y a eu aucune peine capitale qui est prononcée dans le peuple d’Israël, et même à l'époque, un tribunal rabbinique qui prononçait une peine capitale une fois tous les 70 ans était considéré comme meurtrier.

Chabbat Chalom

Au revoir,

Rav Ron Chaya