Quelle est la position de la religion juive vis a vis de la recherche scientifique autour de l’origine du cosmos ?

Rédigé le 29/06/2018
'Haïm

Question :

Chalom Rav,

Vous faites souvent dans vos cours des rapprochements entre les découvertes scientifiques et la Torah

  • (Emission de la 1ere lumière après le big-bang,
  • Découverte progressive des lois inscrites dans la nature
  • etc...)

mais quelle est la position de la religion juive vis a vis de la recherche scientifique autour de l’origine du cosmos, de l’homme est-ce permis ou proscrit au même titre en quelque sorte que l’approche de la religion par la Kabbala sans observance de la loi ?

Merci d’avance

Yom tov

Réponse :

Chalom ‘Haïm,

Maïmonide écrit qu’on peut arriver à l’amour de D.ieu par la contemplation de la nature.

Lorsqu’on voit à quel point elle est parfaite en tout point, on comprend combien D.ieu est grand et on commence à L’aimer.

Dans cette optique, il est bien d’étudier la science.

Le problème est que les écrits scientifiques sont truffés de pensées contraires à la Torah.

En effet, personne ne parle de création ni de la datation du monde selon la Torah, il est donc dangereux de lire ces textes dans la mesure où ils peuvent créer le doute dans notre esprit sur le bien-fondé du judaïsme. Dans ce cas, les lire est absolument interdit.

En revanche, si certains textes ne contredisent pas la Torah (je sais qu’il y en a), ou si nous connaissons les arguments pouvant réfuter leurs théories infondées qui prétendent que ce que dit la Torah est faux, alors si cela est vraiment nécessaire, on pourra les lire.

Par exemple :

  • La théorie du Big Bang va complètement dans le sens de la Torah puisqu’elle dit qu’au début, il y a eu une explosion de lumière.

    Le problème est qu’elle accorde au monde 13,7 milliards d’années alors que nous lui attribuons beaucoup moins d’années.

Dans le cadre de mes cours sur ce sujet, j’explique que ce n’est pas une objection contre la Torah dans la mesure où forcément, les conditions physiques de l’époque ne sont pas semblables aux nôtres, et dès lors, du fait de la relativité, la datation du monde selon la Torah est tout à fait justifiable.

Donc si on garde bien à l’esprit ces contre-arguments, on peut étudier ces sujets si cela est vraiment nécessaire.

Bien entendu, mes propos ne prennent pas en considération le bitoul Torah.

Effectivement, il est interdit de perdre son temps sur autre chose qu’étudier la Torah, mais si on le fait dans l’optique de la connaissance de la grandeur d’Hachem pour arriver à L’aimer et à Le craindre, alors c’est permis.

Il faudra malgré tout le faire de façon modérée.

Chabbat Chalom

Au revoir,

Rav Ron Chaya