Un Matane Torah est toujours précédé d'un veau d'or...

Rédigé le 06/05/2019
Agapanthe

Question :

Chalom Rav Chaya,

Un Rav dont j'ai écouté le cours sur le safek à dit "que le matane Torah est toujours précédé d'un veau d'or", et ceci est valable pour nous aujourd'hui.

Il précise qu'à chaque fois que notre matane Torah arrive (zivoug et autres cadeaux d'Hachem), celui ci est précédé d'un veau d'or.

Exemple :

  • Un juif décide d'épouser une juive (le matane Torah), la belle blonde goya arrive (le veau d'or).

    Il y a environ 10 ans, Hachem m'a envoyé une fille bien pour le zivoug ; elle m'a même fait comprendre que je lui plaisait.

    Mais je n'avais pas compris entre guillemets ses avances (cahèresr).



  • Suite à des heures d'hitbodédout, j'ai demandé à Hachem de me dire qu'elle faute j'ai commise pour avoir raté cette fille, .et là, tout de suite après lui avoir posé la question, il me montre à terre le sachet d'une boulangerie "PAUL"...du nom du quartier de Saint-Paul à Lyon ou j'allais voir des prostituées...

    J'ai tout de suite demandé à Hachem de me pardonner cette faute...

PS : Je n'ai pas eu de relation avec une femme depuis 2012, et le yetser me pousse à nouveau à aller voir des prostituées....

Toda Raba pour votre conseil Rav

Réponse :

Chalom,

C’est exact.

  • À chaque fois que D.ieu veut accorder un cadeau à quelqu’un, l’Attribut de Rigueur d’Hachem, c’est-à-dire le parti de l’accusation, demande à D.ieu :

« Pourquoi lui offrir ce cadeau ?

Il ne le mérite pas ! »

  • D.ieu lui répond :

« Très bien, alors Je vais le mettre à l’épreuve,

et s’il réussit, il aura droit à ce cadeau ».

  • Or, très souvent, cette épreuve est d’ordre féminin, que D.ieu nous en préserve.

Donc si on parvient à se retenir, en général, le cadeau ne tarde pas à arriver, et si on échoue, il faut attendre un long moment le temps de réparer les dégâts, après quoi on peut obtenir le cadeau.

Quoi qu’il en soit, tout est réparable par la téchouva donc ne retombe pas :

  • Il serait trop bête de devoir à nouveau attendre pour retomber encore une fois etc.,



  • et pour finir on ne s’en sort pas à D.ieu ne plaise, à moins que D. nous fasse endurer des souffrances terribles, équivalentes au tikoun des péchés effectués...

‘Hodèch Tov Oumévorakh

Au revoir,

Rav Ron Chaya