Concernant les gens qui était dans la Torah et qui ont tout abandonné, il n’est fait mention nulle part d’une aide du Ciel quelconque...

Rédigé le 07/07/2019
Jérémie

Question :

Chalom Rav,

Beaucoup de vos cours relatent la force de la téchouva, du niveau du baal téchouva qui surpasse même le Tsadik et le 'Hassid.

Vous parlez même de la force immense que Hachem donne au Baal téchouva pour le pousser à grandir.

Il me semble que tout cela est vrai pour les personnes qui viennent de très loin dans Torah et Mitsvot.

Pour les personnes qui étaient éduquées dans le péché dès leur jeunesse, et qui après décident de se rapprocher.

Vous donnez d’ailleurs l’exemple de Yehochoua bin Noun qui a grandi comme homme malfaisant, un bourreau sans moralité élevé par les égyptiens, et qui est revenu a D... par sa mère, après avoir exécuté son père.

C’est d’ailleurs là typiquement le cas du “תינוק שנשבה “.

Pour ces gens là, qui n’ont aucune instruction religieuse et qui ont péché dans l’ignorance, oui D... aide.

Mais concernant les gens qui était dans la Torah et qui ont tout abandonné, il n’est a ma connaissance fait mention nulle part d’une aide du Ciel quelconque. Bien au contraire, il est dit a propos de ces gens là “celui qui a vu ma lumière et qui a quitté la table du roi ne pourra plus avoir le mérite de le revoir”. (Je ne me rappelle plus de l’expression précise en hébreu peut-être pourriez-vous me la rappeler). Un homme qui faute connaissant la gravité de son péché car il l’a étudié, ne peut plus revenir. C’est est cas de אין נותנים בידו לחזור בתשובה. On lui met même des embûches du Ciel pour l’empêcher de revenir.

Regardez le תנ״ך, quels sont les personnages qui sont rapportés comme les plus grands pêcheurs et qui n’ont jamais pu faire techouva ? Les rois Yerovam ben Nevat et Menaché.

Les deux étaient d’illustres serviteurs d’Hachem au début et ont tous quitté pour servir Baal et n’ont jamais pu revenir. De même lorsque selon le Midrach, Hachem de révèle à Yérovam et lui dit de revenir a la torah et lui et ben Yshaï pourront marcher derrière Hachem au Gan Eden, cette proposition que lui fait Hashem est formulée au début du regne de Yerovam avant qu’il soit devenu חוטא ומחטא et qu’il détourne tout Israël.

Une autre histoire qui est rapporter dans la Guemara et celle de אחר, רבי אלישע בן אבויא. C’est lui aussi un grand sage d’Israël qui est devenu Apikoros après avoir étudié la kabala. Et lui aussi et décrit comme un très grand racha sans aucune considération pour les précédentes mitsvot qu’il a pratiqué dans sa vie.

Tout c’est personnages illustres qui ont connu D... et l’ont renié, on voit que la Torah ne leur laisse aucune chance ne leur tend aucune main vers la Techouva.

Et quand bien même c’est le cas, il semble que les épreuves qu’on leur envoie soit tellement difficiles qu’il n’arrive jamais à revenir et meurent Racha.

Même le roi אחאב sur lequel il est rapporté qu’il a fait une téchouva a la fin de sa vie meurent en retombant dans le péché en pactisant avec le roi חדד בן הדד

  1. Qu’en pensez vous ?



  2. A t on des exemples dans la Torah de Hakhamim qui ont tout renié et ont eu le mérite de revenir a la téchouva ?



  3. Un homme qui est dans cette situation, c’est a dire qu’il connais la Torah et la renie et après reviens, est-ce qu’il a le même niveau après qu’un baal téchouva “normal “ ou il redevient tzadik ?

    Ou est-ce un autre niveau ?

Merci de vos réponses

Jeremie

Réponse :

Chalom Jérémie,

Les personnes qui étaient très éloignées de la Torah sans l’avoir jamais connue, qui l’ont connue un jour et sont revenus, représentent une réalité récente.

  • Lorsque la Torah parle des baalé téchouva, elle fait allusion à ceux qui ont reçu une éducation pleinement orthodoxe en bonne et due forme et qui l’ont complètement abandonnée avant d’y revenir par la suite.



  • Ils ont le statut de baalé téchouva à tout égard,

En guise d’exemples, nous avons :

  • Adam Harichone,
  • Réouven,
  • Le roi David,
  • Ménaché

    (qui était un grand racha pendant une vingtaine d’années avant de devenir un grand baal téchouva.

    Il est écrit qu’il est le roi du palais des baalé téchouva au olam haba)
  • Etc.

Cette citation que tu mentionnes selon laquelle celui qui a vu la lumière et quitté la table du roi etc. n’existe pas.

La bonne citation est la suivante :

« Chana vé-parach, kaché mikoulam

-

Celui qui a étudié puis quitté aura plus de difficultés que les autres à revenir ».

Cela dit, rien ne tient devant la téchouva, donc s’il fait sincèrement téchouva, il est évident qu’elle sera acceptée et qu’il aura le statut de baal téchouva.

  • La Guémara écrit (traité ‘Haguiga p.15) que A’hèr a dit à Rabbi Méïr que même si un Talmid ‘Hakham se fourvoie, il peut encore tout réparer.



    • Tossefot cite sur place un Talmud de Jérusalem stipulant que lorsque Rabbi Méïr a entendu qu’Élicha (A’hèr) agonisait, il a lui rendu visite en lui suggérant de faire téchouva.



      • Élicha lui a demandé :

        « Si je fais téchouva, sera-t-elle acceptée au Ciel ? »



      • Rabbi Méïr lui a alors cité un verset des Téhilim (chap. 90, verset 3) :

        « Tachèv énoch ad daka - Tu feras faire téchouva à l’homme même lorsqu’il agonise ».



      • Élicha s’est mis à pleurer, et Rabbi Méïr a déclaré :

        « Il me semble qu’il a quitté ce monde en faisant téchouva ».

C’est donc tout à fait possible. 

D’ailleurs, tu prétends que comme c’était un très grand racha, on n’a aucune considération pour les mitsvot qu’il a réalisées dans sa vie, mais c’est absolument faux.

  • En effet, dans la même page de la Guémara précitée (amoud beth), il est mentionné que sa fille est allée voir Rabbi Yéhouda Hanassi en lui demandant de la nourrir.



    • Il lui a rétorqué :

      « Qui es-tu ? »



    • Elle lui a répondu :

      « La fille de A’hèr ».



    • En entendant cela, Rabbi Yéhouda Hanassi a été très étonné de constater qu’il existait encore des descendants de ce Racha puisqu’il est écrit qu’un Racha n’aura aucune descendance.



    • Elle lui a alors répondu :

      « Souviens-toi de sa Torah et non pas de ses actions ».



      • À ce moment, un feu est descendu du Ciel en tentant de brûler tous les bancs de la salle où Rabbi Yéhouda Hanassi se trouvait,

        et ce dernier s’est mis à pleurer en constatant le mérite colossal qu’on peut acquérir en étudiant la Torah même en ayant été un racha.

Au revoir,

Rav Ron Chaya